Travel lift soulevant notre amphitrite

Rando, visite et travaux nautique à La Palma – Îles Canaries

Rando, visite et travaux nautique à La Palma, en voilà un beau programme 🙂 Cinquième et avant dernière île de notre voyage initiatique à la voile sur l’archipel des Canaries. Notre bateau est désormais amarré dans la marina du Puerto de Tazacorte à l’ouest de l’île de La Palma. Devant nous se dresse donc un océan sans aucun obstacle jusqu’à l’Amérique, wahou ! Cela nous laisse songeur devant l’immensité que nous allons dans un futur proche devoir traverser sur notre embarcation. Mais revenons à La Palma, la marina est belle et nous sommes accueilli par…. personne ! Et oui, c’est dimanche et personne ne bosse ici. Après de nombreuses manœuvres et hésitations nous trouvons une place sur le « pantalon n°2 » (le ponton en espagnol). Nous explorons, comme à notre habitude, notre nouvel environnement et découvrons le joli village de Puerto de Tazacorte niché sous une haute et imposante falaise. Autour de nous, des centaines d’hectares de plantations de bananas disposées en escalier le long du flan de la montagne verdoyante. A deux pas de la marina, deux longues plages de sable noir sont à notre disposition si un excès de chaleur se fait sentir. L’île est bien plus verte que ses acolytes canariennes visitées jusqu’à aujourd’hui. Effectivement, elle reçoit beaucoup plus de dépressions que les autres îles.

la palma voilier

Nathalia tombe sous le charme instantanément de ce caillou géant et mystérieux. C’est le coup de cœur ! En effet, en longeant la côte ouest nous étions sous d’immenses falaises dignes du film Jurassic Park. En observant la paroi rocheuse nous découvrons des façades de maisons ou cabanes nichées dans ces cavités qui semblent inatteignables. Nous comprendrons plus tard qu’effectivement elles ne sont atteignables que par la mer. Le village du port de Tazacorte est multicolore et cela ajoute une pointe de magie à l’ambiance locale.

Los Llanos de Aridane notre QG coloré

Première visite sur l’île, nous nous dirigeons vers Los Llanos de Aridane, petite ville de +/- 21’000 habitants se situant à 15mn de bus de Tazacorte. Le centre ville est très sympa et nous faisons rapidement le tour en passant par la place d’Espagne animée, l’église de Nuestra Senora de los Remedios, le jardin botanique del Parque Antonio Gomez Felipe, et en profitons pour faire quelques courses dans les ruelles colorés de la ville. Los Llanos deviendra dans les jours suivants notre point de passage obligatoire pour explorer l’île à notre guise.

(Cliquer sur les photos pour les voire en grand accompagnées de nos commentaires)

Une aprem sur le GR131

Quelques jours plus tard nous partons avec Michèle vers Fuencaliente (appelée aussi Los Canarios) afin d’y faire une petite randonnée. Depuis l’office de tourisme nous rejoignons le chemin de rando GR131 qui nous mènera de Los Canarios à El Faro à l’extrémité sud de l’île. La marche se déroule dans une atmosphère très sombre et nous avons l’impression de marcher en plein « Mordor » du seigneur des anneaux. La balade commence avec l’arrivée de la pluie J Nous courons nous abriter au centre des visiteurs (centro de visitantes) où on en apprend un paquet sur les phénomènes volcanique recensés sur l’île. Sans doute par pitié de nous voir détrempés, nous échappons aux 5 euros d’entrée. Une fois ce méchant nuage passé, nous commençons notre descente en zigzaguant le long des vignes et rejoignons le chemin du GR131. La route est bonne et nous mène entre différents volcans et coulées de lave chaotiques. La rando fait environ 6 kilomètres de longueur pour un dénivelé positif de 600 mètres. Au final, nous arrivons à El Faro et découvrons à l’Est les salines (las salinas). L’accès est gratuit et permet de se balader dans les bassins afin de comprendre le processus de fabrication du sel. Les couleurs de certains bassins sont splendides avec de belles teintes roses qui contrastent avec l’ambiance sombre de la journée.

La rando
Le "Mordor"
Las Salinas
El Faro
Rando jusqu'au Roque de Los Muchachos

Nous profitons de notre séjour sur La Palma pour gravir son plus haut sommet. J’ai nommé : « El Roque de Los Muchachos » culminant à 2426 mètres d’altitude. La randonnée que nous avons choisie est expliquée en détail dans notre article dédié à cette grimpette qui nous a mené du village de Puntagorda jusqu’au sommet en environs 5 heures de marche, 15 kilomètres de distance et surtout plus de 2000 mètres de dénivelé positif !!! Pour retrouver l’article, cliquez ci-dessous :

Et un Santa Cruz de plus...

Nous n’oublions pas de visiter Santa Cruz, la capitale de l’île, avec nos compagnons Patrice et Michèle. Cette bourgade de 16’000 habitants à la réputation d’être la plus belle ville des Canaries. Nous passons une après-midi à découvrir son centre historique vide de monde et bord de mer en chantier. Heureusement, nous tombons sous le charme d’un bar qui sert de délicieuses arepas sud américaines sur la plaza de la Alameda (Resto : El Encuentro).

La sortie de l'eau du mastodonte

Cette étape sur La Palma a été surtout primordiale pour l’avenir de notre voyage transatlantique. Effectivement, c’est au port de Tazacorte que nous avons sorti le bateau de l’eau afin d’y faire les travaux nécessaires pour les longues navigations qui nous attendent jusqu’au Brésil. La manœuvre pour sortir Mindelo de l’eau a été plutôt complexe et a été effectué avec brio par Patrice. Nous sommes entré en marche arrière dans un sas assez étroit et de grande sangle ont été installées autour du voilier. La manipulation est compliquée car la sangle arrière doit être correctement placé afin de ne pas détériorer l’arbre d’hélice. Après quelques essaies le bateau se soulève de l’eau à l’aide d’un « travel lift » et se fait poser sur la quille sur 5 petits bouts de bois puis est stabilisé par deux bers (structure métallique). Le pont du bateau est désormais à 5 mètres du sol et il nous faut une échelle pour monter sur l’arrière de Mindelo. Bien entendu l’utilisation de l’eau et des toilettes du bateau sur le chantier est exclue et nous devrons faire de nombreux déplacement à la marina et aux WC du chantier pour palier ce problème. Les travaux primordiaux à effectuer sur le bateau sont la pose de deux nouvelles sondes indiquant la profondeur et la vitesse du bateau. Le démontage de l’arbre d’hélice et le remplacement de certaine pièce usée. Le nettoyage complet de la bête et surtout l’anti-fouling qui est une ou plusieurs couches de peinture spécial permettant au bateau de glisser plus facilement sur l’eau. Nous profitons par la même occasion de ce break pour repeindre la table du cockpit et faire divers petits travaux. Malheureusement nous tombons sur une période de fête religieuse et les travaux prennent du retard et nous restons du jeudi 3 décembre au mercredi 9 décembre… Merci l’immaculée conception 😉 Et comme la sortie de l’eau d’un bateau est une chose plutôt spécial, nous avons décidé de capturer tout le processus et de vous en faire un petit résumé vidéo, so seat back, relax and enjoy the show 🙂

Vincent Weil

Jeune diplômé en management et tourisme à la HES-SO de Sierre en Suisse, je suis avant tout un voyageur insatiable. Mon rêve est de voyager à travers le monde paisiblement, au gré des envies et des rencontres afin de vivre de belles expériences. J'aime photographier et filmer nos aventures afin de concocter des vidéos pour ma chaîne Youtube/vincentweil et partager en récits et photos nos expériences sur notre blog de voyage Take-Me-Everywhere.com

2 Comments
  • Angela et Kemal Deen

    D’ores et déjà nous vous souhaitons bons vents, belle traversée, et que 2016 vous réserve pleins de merveilleuses aventures. On vous embrasse bien fort,

    27 décembre 2015 at 17 h 34 min

Post a Comment