Sao Vicente visite

Sao Vicente, l’île dans le vent | Mindelo, Cap Vert

Notre voilier « Mindelo » est finalement de retour à Mindelo ! En plus, nous arrivons pile le 31 décembre, escortés par un petit ban de dauphins, et surtout, prêts à fêter nouvel an. Nous jetons l’ancre dans la baie, et prenons l’annexe pour découvrir la « capitale » de l’île, seconde plus grande ville du Cap Vert. Nous refaisons nos provisions au marché local, découvrons ses bâtiments colorés et la réplique parfaite de la fameuse tour de Belém de Lisbonne. En nous rendant à Mindelo, nous ne nous réjouissions pas de devoir« dealer » avec les « boat boys » de la marina. Pratique assez courante dans « les pays en développement », il s’agit de « locaux » proposant leurs services de « surveillance » d’annexes en échange de quelques Escudos (monnaie locale). Heureusement, nous avons pu éviter ces fameux « boat boys » en garant notre annexe dans le bistrot flottant de la marina, et ainsi profiter pleinement de nos allées et venues sur l’île, youpi.

Nous passons les premiers jours au mouillage de la baie et fêtons nouvel an dans un restaurant typique de la ville. Au menu, steak de thon (Natha) et « mix » de viandes (Vins). En tant que végétariens, nous aimons manger en accord avec nos convictions et valeurs… En fin de soirée, nous retournons au bateau pour voir le feu d’artifice de minuit, avec une magnifique vue sur la ville. Les jours suivants, nous nous reposons en alternant baignades autour du bateau et visites.

La baie de Mindelo va nous permettre de ressentir un phénomène bien connu des marins : l’effet Venturi ! Cela consiste à une accélération forte du vent, en contact avec les reliefs d’une île. Pour faire simple, disons que si l’on navigue en pleine mer avec un vent de 20 nœuds, il se pourrait qu’en arrivant proche d’une côte, dotée d’un certain relief, le vent soufflera en rafales à 40 nœuds ou plus ! C’est ce que nous vivrons pendant plusieurs jours d’affilée, le vent faisant grincer allégrement la chaîne de l’ancre (mouillage) et les amarres (marina). D’ailleurs, nous annonçons notre deuxième perte matérielle : notre linge de plage s’est évaporé pour rejoindre les épaves du fond de la baie… ou les dauphins… C’est plus joyeux.

vamoy a la playa icon
Anecdote quasiment mortel

Pour bien commencer l’année 2016, rien de tel qu’une anecdote qui a bien failli me coûter la vie! Dimanche 3 janvier 2016… Comme vous l’avez remarqué, notre dernier article des îles Canaries contenait une vidéo « best of » de notre séjour de 53 jours sur l’archipel espagnol. Le montage de la vidéo n’a pas pris beaucoup de temps et a été super fun à faire, car nous avions plein de clips sympas à mettre bout à bout… En revanche, la mise en ligne de la vidéo sur Youtube, s’est avérée être un casse- tête monumental, qui  donne lieu à cette anecdote. Nous sommes donc le 3 janvier, la vidéo est prête depuis quasiment une semaine mais son poids « plutôt élevé » (784 mo), ne me permet pas de la mettre en ligne n’ importe où, sous peine de devoir patienter durant une semaine de chargement. Après un essai infructueux sur l’île de Sal, je retente ma chance depuis Mindelo. Le hic, c’est que nous sommes au mouillage et que pour aller au bistrot de la marina, il faut emprunter le petit zodiac. Ce soir-là, je pars seul en annexe vers 18h, pour mettre l’ultime partie de la vidéo en ligne, et ainsi pouvoir finalement poster l’article sur El Hierro. Après de multiples problèmes, j’arrive à mes fins, et satisfait, reprend l’annexe pour rentrer au bateau. Après quelques minutes, le moteur se met à toussoter, puis cale ! Le vent souffle à environ 20 nœuds (40km/h) et le courant m’emporte vers !?!?!? Nul part, le néant. Je saisis une pagaie et tente de me rapprocher de « Mindelo » que j’aperçois au loin. Le courant est trop fort et m’aspire vers la sortie de la baie. Je tente alors de rejoindre un autre bateau plus proche. Je pagaie comme un sauvage et réussis in extremis à m’accrocher à un long voilier rouge. J’attache fermement l’annexe, luttant contre la houle persistante puis commence à appeler à l’aide… Personne à l’intérieur du voilier, mais Natha entend mon cri lointain, déchirant la nuit. Au même moment, je croise un pêcheur Cap Verdien, et lui fait de grands signes et cris. L’homme s’approche et accepte aimablement de me sauver en me ramenant à notre bateau, afin de prendre un bidon d’essence. Je saute à bord de son embarcation, puis récupère le bidon. Une fois de retour sur l’annexe, les vagues me donnent un mal fou à remplir le réservoir, mais je parviens finalement à rentrer au bateau, malgré le courant et le vent persistant. Eh oui, un petit moteur de 2.3 chevaux n’est pas fait pour ce genre de folie nautique. Bref, heureusement, plus de peur que de mal et une leçon à retenir… Si l’on part en annexe, vérifier le niveau d’essence 😉

L'escalade du Monte Verde

Notre séjour à Sao Vicente nous permet de découvrir de très belles plages et d’y faire une jolie randonnée, en escaladant le plus haut sommet de l’île, j’ai nommé : le Monte Verde. Dominant la baie de Mindelo, se dressant fièrement à 754 mètres d’altitude. Ici, pas de chemin de randonnée, mais une route pavée qui grimpe jusqu’à un mirador et qui offre une magnifique vue sur la baie et sur une large partie de l’île. Pour s’y rendre, un « aluguer » nous dépose à un croisement de route et nous indique de l’index la voie à suivre sous fond de musique créole. Nous sommes seuls et commençons cette jolie grimpette jusqu’au sommet, en nous faisant surprendre au détour de virages par de fortes bourrasques de vent. Arrivés au sommet, nous admirons la vue et remarquons à quelques mètres, un couple de Français et leur guide local. Ils nous invitent à les rejoindre. Nous refusons poliment un « Grog », l’alcool local à 45° qui arrache la tête, et que nous avions goûté sur l’île de Sal, mais partageons un « Ponch » qui est sa version light, mélangé avec de la mélasse de canne à sucre, Santé ! Nous sommes alors démasqués, l’homme nous demande si nous sommes Suisse et acquiesçons, intrigués par sa déduction perspicace qui a fait mouche. Il nous apprend alors qu’en France, la majorité des gens disent « à votre santé » et non pas « saaaaaanté » comme on en a l’habitude de par chez nous. Après cette sympathique rencontre nous engloutissons nos sandwichs devant cette vue grandiose et nous remettons en route vers Mindelo. Une fois de retour, au croisement, nous tentons de faire de l’auto stop. Verdict, un énorme camion s’arrête pour nous dire qu’il ne va malheureusement pas dans la même direction, puis quasiment plus aucun véhicule. Nous rigolons avec Natha, en réfléchissant à la « dangerosité » de faire du stop sur cette île et sur la probabilité de tomber sur des trafiquants de drogue, armés jusqu’au dents. Nous voyons arriver au loin un taxi et décidons de l’arrêter. Il est déjà occupé, mais nous montons tout de même en nous serrant. En fermant la porte, nous remarquons une mitraillette posée sur de grands sacs de toile, entassés sur les genoux de nos compagnons de route… Oups! Serions-nous avec les trafiquants de drogue que nous imaginions quelques minutes auparavant !? Heureusement, nous remarquons alors une petite tête dépassant des sacs. L’enfant récupère sa mitraillette en plastique et nos chemins se séparent, arrivés à la bordure de la ville, ouf !

tampon tour du monde
Sao Pedro, la plage veeeeeeenteuse !

Nous profitons aussi de notre séjour à Sao Vicente pour découvrir sa magnifique plage du Sud, connue pour être l’un des meilleurs spots au monde pour la planche à voile de vitesse. Nous arrivons dans le petit village de Sao Pedro, accompagnés de Michèle et prêts à se jeter à la mer, pour profiter de cette belle journée ensoleillée. Nous découvrons la plage de plus d’un kilomètre de longueur et de cent mètres de largeur, et sommes littéralement soufflés par la puissance du vent ! Nous marchons le long de la plage, tout en nous faisant fouetter le corps par le sable. Arrivés au bout de la plage, nous cherchons un abri pour pouvoir déguster nos sandwichs en paix, mais en vain… Nous continuons notre route, en esquivant un troupeau de chiens errants, et nous dirigeons vers le phare de la pointe Sud-Ouest de l’île. Nous croisons alors une personne, qui nous indique que la route est trop dangereuse, cela étant dû aux bourrasques de vent coriace. Afin d’esquiver les chiens errants, nous empruntons un chemin différent, nous perdons un petit moment, avant de tomber sur une belle découverte. Un petit restaurant (Sto André) tenu par un expatrié anglais, qui nous sert de délicieux jus de goyave fraîche, accompagnés de petits apéros fort sympathiques. Une fois de retour sur la plage, nous apercevons des planches à voile faisant des pointes de vitesse incroyable. Soudain, un véliplanchiste affale la voile, se penche et fait une sorte de « faute de carre » qui le projette dans les airs en réalisant un saut périlleux arrière ! Jamais je n’aurais pensé cela possible avec une telle planche, wahou !

Galerie de Mindelo

Après quasiment deux semaines à Mindelo, nous remettons les voiles pour une nouvelle île du Cap Vert. La ville nous aura beaucoup plu et cela aura été un réel plaisir de ramener la voilier Mindelo dans sa ville d’inspiration. On vous laisse avec une petite galerie photos de notre séjour sur l’île de Sao Vicente, enjoy :

Vincent Weil

Jeune diplômé en management et tourisme à la HES-SO de Sierre en Suisse, je suis avant tout un voyageur insatiable. Mon rêve est de voyager à travers le monde paisiblement, au gré des envies et des rencontres afin de vivre de belles expériences. J'aime photographier et filmer nos aventures afin de concocter des vidéos pour ma chaîne Youtube/vincentweil et partager en récits et photos nos expériences sur notre blog de voyage Take-Me-Everywhere.com

5 Comments
  • Laurent Rollier

    les photos sont comme d’habitude magnifiques et font envie, il nous semble que vos sorties en annexes paraissent périlleuses, savoir piloter un Zodiac n’a pas l’air évident…
    Bonnes découvertes et besos les Rollier

    19 février 2016 at 16 h 39 min
  • Hello,

    J’ai tout lu, vive vos aventures et monsieur Vins, svp ne plus faire de choses dangereuse! Natha a encore besoin de toi pendant de longues années!!!

    Beijos meus queridos!

    Andreia

    22 février 2016 at 20 h 17 min

Post a Comment