Santo Antao visite

Santo Antao, le coup de cœur immédiat | Cap Vert

Troisième île de notre voyage en voilier sur l’archipel cap-verdien et coup de cœur instantané pour ce bout de terre situé au Nord-Est de l’archipel. Le choix des photos a été particulièrement difficile, alors, nous en avons sélectionné une tonne ! N’oubliez pas que vous pouvez naviguer dans les galeries photos avec vos flèches directionnelles en cliquant dessus. Particularité de la visite : Nous laissons notre bateau « Mindelo » dans la marina de Mindelo. Après avoir concentieusement vérifié les amarres nous prenons un ferry nous emmenant en une petite heure sur l’île considérée comme le grenier du Cap Vert.

Coup de foudre à Santo Antao

Dans le ferry, nous passons l’heure sur le pont supérieur à scruter en vain l’horizon à la recherche de dauphins. En revanche, nous apercevons quelques Cap-Verdiens peu férus de navigation, qui rendaient gracieusement à la mer leur petit déjeuné fraîchement digéré. En nous approchant de cette île toute en longueur, on commence à distinguer de nombreuse nervures et crevasses qui parsèment les chaînes montagneuses imposantes de l’île. Arrivés à quai, nous sortons de la gare maritime et un groupe imposant de rabatteurs se jette sur nous afin de nous offrir leurs nombreux services. Nous embarquons dans un « aluguer » (mini bus collectif local) qui nous emmène à Paul, via la route longeant la côte Est. Là, c’est le coup de foudre! On ne cesse pas une seule seconde de s’ébahir devant la magnificence des paysages traversés. La route « Est » n’était pourtant qu’un petit aperçu de la variété des paysages que nous allions découvrir. Nous slalomons donc sur une route pavée qui, successivement, nous fait découvrir des paysages montagneux et secs. Quelques kilomètres plus loin, des champs de maïs et de cannes à sucre plantés en escaliers font leur apparition. Plus loin encore, des palmiers viennent compléter le tableau, et le détail ( non des moindres) le plus fascinant, est l’abrupt des monts nous entourant ! Des parois quasi verticales d’un vert émeraude nous entourent de leur grandeur.

La vallée de Paul

Arrivés à Paul (prononcer : Pa – Oule), nous découvrons notre auberge et les environs. Ce petit village situé au bord de mer, est l’endroit idéal pour effectuer de belles randonnées dans la vallée portant le même nom. Après s’être installés, nous partons à la découverte de la vallée de Paul. Une route menant vers l’Ouest s’enfonce dans le vallon luxuriant et traverse de nombreux petits villages colorés. Au détour d’un village, nous marquons une petite pause sur un muret, et une Cap-Verdienne passant par là, commence à parler avec nous. Après l’avoir complimentée allégrement sur l’incroyable région dans lequel elle habite, la voilà parti chez sa cousine pour nous offrir de succulentes papayes du jardin, MIAM ! Les habitants de Santo Antao nous offrirons globalement un très bon accueil. Durant plus de 3 heures, nous arpenterons la vallée de Paul avant de rebrousser chemin jusqu’au village. Nous savourons pour la première fois depuis 65 jours, le confort d’une chambre non triangulaire et de plus de 3m2 !

La plus belle route du monde

Le lendemain, nous partons pour une journée complète de « road trip » et de marche. Nous louons les services d’un « aluguer » pour la journée et partons au matin vers le Nord. Nous nous arrêtons à Sinagoga pour apercevoir les restes d’une synagogue détruite, reprenons la route vers Ribeira Grande, puis Ponta do Sol le village le plus au nord de l’île. De là, nous entamons une petite randonnée de 2 heures nous menant au plus pittoresque des villages de Santo Antao, j’ai nommé : Fontainhas. Une route sinueuse monte en longeant le bord de mer. Première étape, une porcherie à ciel ouvert nous indique le début de la marche toute en grognements et odeur porcine. Derrière les murets de pierres, des chèvres et cabris, diablement agiles, paissent sur un terrain, à plus de 50% de pente. Nous marchons et découvrons des vallées couvertes de plantations en escaliers et des chaînes montagneuses toujours autant abruptes. Après 1 heure de marche, nous sommes accueillis en musique par la bande son de « la reine des neiges » de Disney, version portugaise ! « Libéré, délivré, je ne mentirai plus jamais » résonne dans la vallée et nous invite à découvrir ce village qui donne l’impression de vivre sur une autre planète, une planète 100% verte. De retour à Ponto do Sol, nous découvrons le port animé par le retour des pêcheurs. Badauds et locaux se pressent pour apercevoir les prises du jour. Pour notre part, nous sautons dans notre pickup et repartons à Ribeira Grande afin de nous rendre sur : LA PLUS BELLE ROUTE  jamais empruntée. Difficile de décrire cette sensation qui nous prend. Nathalia et moi sommes assis dans la remorque du 4×4 et avons la mâchoire décollée du début à la fin. La « route de la corde » est vraiment une visite à ne pas manquer lors de votre visite de Santo Antao (merci Marion Z. pour le conseil avisé). Trêve de bla bla je pense qu’une GROSSE galerie d’images fera largement l’affaire.

(Cliquez sur une image pour la voir en grand puis naviguez avec vos flèches)

Mini trek dans un cratère

Une fois la « route de la corde » passée, nous visitons encore différents points de vue hallucinants avant de nous séparer de notre chauffeur et de nos compagnons de route. Le pickup nous pose en haut du cratère de Cova et nous commençons une charmante rando, qui nous mène tout d’abord à l’intérieur du cratère, puis nous fait rejoindre la vallée de Paul en passant par de beaux paysages et villages. Le début de la descente nous fait tout bonnement plonger la tête dans les nuages. Nous avançons le long d’un sentier qui s’enfonce en lacets dans la vallée. Une fois le premier village de la vallée rejoint, une vieille dame nous voit arriver et nous demande en portugais d’où nous venons. Lorsqu’elle nous entend parler français, elle nous invite dans sa maison… Nous lui demandons si elle parle français et elle nous répond une fois de plus en portugais que oui… L’entrée de sa maison se fait en contournant le bâtiment. Nathalia ne sent pas du tout la « madame », mais nous décidons d’aller quand même jeter un œil… Une fois chez elle, nous comprenons mieux ses motivations. Elle tente de nous offrir un café que nous refusons poliment, afin de nous remettre en route. Seconde proposition et second refus de notre part (un grog). Nous partons, mais la vieille dame désespérée sort de vieilles pommes de ses poches et tente de nous les vendre. Troisième refus et nous voilà partis pour continuer notre rando… Ce type de « forcing à la vente» ne nous a vraiment pas plu mais a été l’unique désagrément de tout notre séjour au Cap Vert. De retour à Paul, nous changeons d’auberge, et nous rendons au Black Mamba. Ce restaurant tenu par une italienne expatriée, propose 2 chambres d’hôtes de très bon rapport qualité/prix. Nous dormons dans une petite chambre colorée, entourée par des dizaines de fruits de la passion. A disposition des hôtes : hamac, douche chaude et chats à caresser.

tampon tour du monde

(Encore une grosse galerie photo :))

Rando sur la côte Est

Nous consacrons notre dernier jour à Santo Antoa à une longue marche le long de la côte Est. Nous marcherons du village de Paul jusqu’au phare de la pointe Sud-Est en longeant la route, et en traversant de nombreux et pittoresques villages de pêcheurs. Après une dizaine de kilomètres, nous arrivons au phare. Je lève les yeux et découvre une ouverture accessible en grimpant quelques mètres… Mes gènes de singe prennent le dessus et me voilà à escalader le phare. A l’intérieur, je découvre un escalier en colimaçon, totalement rouillé que je m’empresse de gravir. Au sommet, je découvre le mécanisme du phare et la lampe totalement détruits. La vue est magnifique, mais je me hâte de descendre avant que tout l’édifice ne s’effondre. Une fois de retour sur la terre ferme, nous faisons du stop afin de rejoindre le village de Porto Novo et reprendre le ferry, qui nous ramènera à Mindelo. Durant la traversée, nous observons attentivement l’océan et découvrons qu’une jolie famille de dauphins suit notre embarcation. Cela marque en beauté la fin d’un séjour sur une île du Cap Vert, que nous avons énormément apprécié, autant pour la beauté de ses paysages que pour la gentillesse de ses habitants. Si nous devions, à l’heure actuelle, conseiller quelqu’un souhaitant se rendre au Cap Vert, nous l’enverrions à coup sûr, visiter la magnifique vallée de Paul, l’incroyable « route de la corde » et s’ébahir devant la beauté de la côte, ainsi que celle du splendide village de Fontainhas. Bref, vous l’aurez compris, nous sommes tombés sous le charme de Santo Antao.

Vincent Weil

Jeune diplômé en management et tourisme à la HES-SO de Sierre en Suisse, je suis avant tout un voyageur insatiable. Mon rêve est de voyager à travers le monde paisiblement, au gré des envies et des rencontres afin de vivre de belles expériences. J'aime photographier et filmer nos aventures afin de concocter des vidéos pour ma chaîne Youtube/vincentweil et partager en récits et photos nos expériences sur notre blog de voyage Take-Me-Everywhere.com

6 Comments
  • Carole Weil

    Gènes de singe ?!?!?! umfr haha 😉

    22 février 2016 at 20 h 43 min
  • Mia

    Hi!
    It’s lovely to see all your photos and adventures.
    Have a really nice trip, as member am citizens of the world 🙂

    Hugs,
    Mia

    23 février 2016 at 20 h 30 min
  • Moumout'siroup

    Happy birthday Vincent!!! Awesome pictures.
    Love your style. Always remember to take part of the world!!! Continue to be as incredible as you are. Big love and big kiss
    Xoxo your moumout’siroup

    24 février 2016 at 4 h 21 min
  • M & P

    Coucou les poulets! oups!!! sorry singes!
    Magnifiques vues ! mais où sont les photos des plats typiques de la région??
    Nous avons vu les papayes……. il n’y aurait que ça à manger ;))
    Saludos et au prochain article

    25 février 2016 at 14 h 25 min

Post a Comment