Lanzarote incredible blue sea

Les splendides plages du sud de Lanzarote – Îles Canaries

Second article de nos aventures marines. Direction l’île la plus à l’est des Canaries, j’ai nommé : Lanzarote. Nous n’avons malheureusement pas eu beaucoup le temps d’explorer cette charmante île de fond en comble mais vous avons tout de même concocter un petit article de notre expérience maritime.

noeud de huit schéma

Après nos débuts à La Graciosa (article précédent) nous avons navigué jusqu’au port de Arrecife sur l’île de Lanzarote. Une première navigation tout en douceur qui nous emmène en 6 heures à la marina flambant neuve et luxueuse de Arrecife. Cette étape nous a permis de réceptionner bon nombre de colis que Patrice devait se faire livrer durant notre tournée des îles Canaries. Nous faisons donc de nombreux allers et venus pour récolter, tester et ranger le nouveau matériel de navigation (générateur, pompe, cordages, etc.). Nous profitons par la même occasion de cette halte pour visiter le centre ville qui s’avère être charmant et faisons de nombreuses courses pour les jours à venir.

Anecdote « générateur trompeur » : nous nous réjouissions d’entendre vrombir le « générateur inverseur » flambant neuf et lorsque les hommes ont tenté de le démarrer, de l’essence coulait de toutes parts ! Impossible de le mettre en branle ! Situation déjà vécue par Patrice avec leur ancienne acquisition qui avait fonctionné durant seulement deux heures avant de rendre l’âme définitivement. Heureusement, après de multiples téléphones au fournisseur, nous trouvons un garage capable de le (re)mettre en marche afin de faire fonctionner dans un future proche le dessalinisateur et le purificateur d’eau quand nous en aurons besoin.

cockpit sail boat

(Cliquez sur les photos pour les voir en grand accompagnées d’un commentaire ou d’une légende)

Seconde étape, nous partons au mouillage de Papagayo au sud de l’île. Nous étions bien content de repartir à l’aventure et quitter la « forteresse » qui nous encerclait dans la marina. Nous jetons l’ancre à 200 mètres d’une superbe plage longée par de nombreuses falaises. Les jours suivants, nous marchons et explorons notre nouvel environnement en nous émerveillant devant de magnifiques plages de sable blanc.

Ruine et plage

Nous profitons de ces deux nuits de mouillage pour passer un maximum de temps dans l’eau et profiter de la fraicheur de l’Atlantique avant notre première grande traversée qui va s’avérer plus corsée que prévu.

Swim to the boat
sunset sailing

Le mardi 17 novembre nous partons en fin d’après midi pour cette longue traversée qui nous mènera à l’île de Gran Canaria. Le début de la navigation se passe bien, nous déroulons le génois (la voile avant) qui est la plus grande des voiles de Mindelo avec pas moins de 60m2 et montons l’artimon (la voile arrière de 11m2) afin de profiter d’un vent d’une quinzaine de nœuds. Nous naviguons à une vitesse convenable allant de 4 à 6 nœuds et suivons la ligne d’horizon jusqu’au couché du soleil. Nous décidons de diviser la nuit en 4 quarts afin de surveiller durant l’intégralité de la traversé notre route et ainsi ne pas tomber nez à nez avec une barque de pécheur ou un paquebot perdu en mer. Nathalia et moi décidons de veiller de 22h jusqu’à 4h du matin…

Après une courte sieste mouvementée de 19h à 21h45 nous prenons notre quart et les choses se corsent. Des dépressions au nord de l’Europe créent une houle que nous recevons non-stop sur le flan du bateau et qui nous fais giter très fortement de droite à gauche. Après 3 vomis dont 2 par dessus bord, il s’avère plutôt éreintant de faire ne serait ce que deux pas à l’intérieur du bateau. Nous y arrivons tout de même, non sans peine mais finalement à 4 heures du matin nous regagnons notre cabine pour nous faire balloter de bâbord à tribord jusqu’au lendemain.

Heureusement, après l’effort, vient le réconfort ! En arrivant à proximité de Gran Canaria, Natha s’exclame : « Finalement, on aura pas vu de dauphins durant cette traversée… » Au même instant un dauphin surgit de l’eau devant elle, suivit d’un cris de bonheur de sa part. Les compagnons pensaient courir un grand danger…? Quant ils virent un second, un troisième, etc… Le bateau se retrouve alors encerclé d’une vingtaine de dauphins tachetés (Stenella frontalis) nous suivants et sautant devant et sur les côtés du bateau ! Unbelievable !

Sailing kiss
Dolphin Gran Canaria
Touch dolphin

Pour finir, nous arrivons au port de Las Palmas et jetons l’ancre au mouillage de la plage de Las Alcaravaneras. Satisfait de cette première expérience dans la marmite géante qu’est l’océan Atlantique, il était 13h et nous nous sommes tous endormis. Mais ceci est une autre histoire… à venir 🙂

voyage voilier
Vincent Weil

Jeune diplômé en management et tourisme à la HES-SO de Sierre en Suisse, je suis avant tout un voyageur insatiable. Mon rêve est de voyager à travers le monde paisiblement, au gré des envies et des rencontres afin de vivre de belles expériences. J'aime photographier et filmer nos aventures afin de concocter des vidéos pour ma chaîne Youtube/vincentweil et partager en récits et photos nos expériences sur notre blog de voyage Take-Me-Everywhere.com

8 Comments
  • Fafou

    Magnifiques expériences que vous vivez la les amis!!! Trooooop beau !!! Plein de bisous je pense bien à vous

    22 novembre 2015 at 21 h 52 min
  • Ahhh comme c’est cool de vous lire, il y a de suspens et tout 😛
    Ca donne de la joie dans ce monde de fou, continuer à faire attention à vous et de nous montrer des merveilleuses photos!
    J’espère qu’il n’y aura pas trop de nuit autant tourmentée!

    Des Bisous à vous deux!
    Andros

    22 novembre 2015 at 21 h 55 min
  • Yannick

    Trop fou les dauphins!!!

    23 novembre 2015 at 19 h 27 min
  • Maria

    Belles images et expérience inoubliable!! Bravo les matelots….Je vous admire et vous souhaite bon vent.
    Besitos y hasta la proxima.
    Mam desde Oslo

    25 novembre 2015 at 21 h 05 min
  • Martine et Philippe

    Hello vous deux,
    C’est toujours un grand plaisir de vous lire et, c’est vrai, suivre votre périple nous amène des nouvelles du monde qui contrastent positivement avec les infos de 20h00 !…
    On vous souhaite seulement de toute petite houle de 5 centimètres sans ballotage pour au moins 1 semaine 🙂
    Faites attention à vous et merci de partager votre aventure avec de belles images et surtout votre état d’esprit empreint de curiosité pour les autres et pour les territoires que vous traversez.
    Bonne suite, on vous embrasse fort.
    Martine et Philippe – Carouge, Genève.

    29 novembre 2015 at 21 h 20 min
  • CHATAIGNER Francis

    En français, non ?
    Il est question que j’aille aux Canaries avec mon bateau. Aussi je cherche un port pas cher. J’avais cru que ça éxistait mais les 2 auquel j’ai écrit m’annoncent des tarifs pour les « américains  » : 4000€ par an ????
    Est ce le tarif normal dans ces îles?
    Connaissez vs d’autres ports et d’autres tarifs. Maxi 1500€ pour l’hiver.
    Merci de votre réponse

    1 février 2016 at 19 h 32 min

Post a Comment